La traduction de la Bible,éffectuée par Machtots vers 400,donna naissance à la littérature de l'Arménie Chrétienne qui connut dés le 5ème siècle un éclat et un développement remarquables.Incluant de savantes traductions de grammaire,de philosophie et de science Grecques,la littérature Arménienne s'enrichit d'une ample historiographie nationale,reprenant les anciennes épopées orales de l'Arménie païenne et commentant les événements à la lumière de l'Écriture Sainte et de la théologie.

      Mais la Perse prétendit convertir l' Arménie au Zoroastrisme.Le sacrifice de Vartan Mamikonian et de la plupart des princes Arméniens qui périrent avec lui à la bataille d'Avaraïr en 451 convainquit les Perses que cette conversion forcée était impossible.Ainsi les Arméniens cette même année ne purent se rendre au concile de Chalcédoine qui attribuait au fils de dieu une nature humaine et une nature divine unies en une seule personne en opposition à la doctrine Nestorienne qui séparait rigoureusement l'humanité et la divinité de Jésus Christ.Son opposition au Chalcédonisme entraîna la rupture avec l'Église Grecque ce qui devait sceller son destin à la veille des invasions islamiques.

inspiré d'un article de J.P.MAHÉ

L'ARCHITECTURE ARMÉNIENNE

       C'est bien avant l'adoption du Christianisme que l'architecture Arménienne acquier son identité.Des milliers de monuments répartis entre l'Anatolie et le Caucase se distinguent par l'originalité et la rigueur de leur forme,dans la force de leur effet esthétique obtenu avec un minimum de moyens,et dans la précocité de certaines solutions adoptées plus tard par d'autres pays.Grâce surtout à l'Église et au maintien de la culture et des traditions,les bâtisseurs de ce pays créeront et restaureront,pendant un millénaire et demi.Des édifices seront également construits dans toutes les colonies fondées de l'Italie à l'Inde,de la Russie à la Terre Sainte,bien avant la grande dispersion du début de notre siècle.Mais l'éviction des Arméniens de la majeure partie de leur foyer historique,par suite du Génocide de 1915 a privé de nombreux monuments des soins qui leur avait permis de traverser les siècles.Aujourd'hui ce précieux patrimoine est menacé divisé qu'il est entre plusieurs états,et beaucoup de monuments sont laissés sans entretien ni protection.Les traits essentiels de l'architecture Arménienne est fondée sur la necessité de construire en pierre des édifices du culte Chrétien capables de résister aux séismes et,d'autre part de l'ideal esthétique ancré dans la mentalité Arménienne.

       Calotte hémisphérique à l'intérieur,elle es toujours surrélevée par un tambour dans lequel sont percées les fenêtres qui éclairent l'intérieur d'en haut.La coupole s'appuie sur des supports généralement au nombre de quatre.Même masquée au niveau des façades,la structure cruciforme apparaît toujours au niveau des toits,au croisement desquels s'élèvent le tambour et la coupole.Ces églises sont petites,conçues pour résister aux séismes,blotties dans la nature,elles paraissent vouloir redonner abri,foi et courage à un homme éprouvé.Cette architecture «anthropocentrique»,loin de dominer l'homme,semble le placer au centre de la création.On construit des structures bien équilibrées,munies de murs robustes mais pas trop massifs.

inspiré d'articles de PATRICK DONABÉDIAN

CATHÉDRALE d'ETCHMIADZIN(4ème–17ème siècle)Plusieurs fois restaurée,elle conserve sa composition ancienne mais doit beaucoup de son aspect actuel aux travaux du 17ème siècle.Siège catholicossal,Etchmiadzin est le principal sanctuaire de la nation Arménienne.