Mon KHATCHKAR
Khatchkar-photos Un peu d'histoire Page de Liens
   Ce Khatchkar a été fait pour rendre hommage à mon pére, à ma famille très attachés aux valeurs de l'Eglise Apostolique Arménienne. Ce mot vient de “Khatch” : Croix et “Kar” : Pierre donc “Pierre à croix”. Des dizaines de milliers de ces “Pierres à croix” ont été sculptées, toutes différentes; Le mien aussi est unique.
   Le sculpteur est Monsieur Hervé Mollandin de Boissy. Il a sculpté à la main aprés avoir déssiné le modèle que j'ai approuvé. Il a mis beaucoup de cœur à faire ce Khatchkar vu qu'un de ses oncles était d'origine Arménienne et que c'est un ami. Il est très compétent dans cet art et dans la restauration de monuments classés.
    Véritables symboles de la nation Arménienne, l'on trouve des Khatchkars sur tout le territoire de l'Arménie historique et sont aujourd'hui préservés en Arménie et au Haut-Karabagh. On les voit dans la campagne, au pied des églises, ou plus généralement, isolés dans le paysage. La forme la plus fréquemment représentée est la croix accompagnée d'une rosette. Des motifs de feuilles ou de grappes ou bien encore des nœuds abstraits ornent aussi les sculptures. Les Khatchkar étaient élevés principalement pour le salut de l'âme, mais aussi pour commémorer une victoire militaire, la construction d'une église, ou bien comme forme de protection contre les désastres naturels.

    L'histoire de l'art des Khatchkars est généralement divisée en quatre périodes : la période des origines du IVième au IXième siècle, celle de la création et de la formulation, du IXième au XIième siècle, celle de l'achèvement et de la perfection, du XIIième au XIIIième siècle, et enfin la période finale, du XIVième au XVIIIième siècle.

    Depuis le 17 Novembre 2010 “L'art des croix de pierre Arméniennes, Symbolisme et savoir-faire des Khatchkars” figure sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO.

    La symbolique du Khatchkar est issue de l'époque à l'aquelle il apparaît en Arménie : le Khatchkar est la quintessence de sa christologie dont la définition se stabilise au VIIIième siècle. La nature divine du Christ est alors mise en avant, ce qui a pour conséquence la non représentation de sa mort; la croix n'est alors pas “l'instrument du supplice du Christ, l'image du bois sur lequel il a été crucifié” mais “un arbre de vie, le symbole de la victoire sur la mort”. En tant que stèle dressée, cette construction en verticale symboliserait le passage du flux vital, souffle de vie...
    Cette croix au niveau central de la stèle, relie le niveau inférieur : le monde, la vie de l'homme, le passé et le mal au niveau supérieur : le ciel, le sacré, le futur et le bien. Enfin, le caractère continu des ornements du Khatchkar crée une illusion d'infini qui transmet au signe sacré une visibilité mystérieuse et une force particulière.

Webmaster Developpeur Web : Beyeklian Maurice

Pour m'ecrire :